ReSanté-VousNewsletter Avril 2019 - ReSanté-Vous      

Newsletter Avril 2019

 

Vers une reconnaissance de la prévention ?

Si la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement du 28 décembre 2015 a institué la Conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie par département, la prévention pourrait être au cœur de la future loi 2019 dite de la « dépendance ». En effet, le rapport Libault du 28 mars dernier pointe la nécessité d’une « stratégie vigoureuse de prévention » pour limiter les coûts liés à la prise en charge de la perte d’autonomie liée à l’âge.

La France reste le mauvais élève dans ce domaine-clé de la gérontologie. Le pilote de la concertation « Grand-Âge et autonomie » recherche l’engagement des professionnels dans la création d’une « culture métier de la prévention ». « L’autonomie de la personne âgée » semble être au cœur de la stratégie en passant par une « nouvelle offre de prévention » et ce, dans le but d’un objectif ambitieux d’augmenter l’espérance de vie sans incapacité.

Quid de la longévité ? Il me paraît plus pertinent de mettre en exergue « l’espérance de vie sans incapacité ». Cette conception intègre la notion d’autonomie tout au long de la vie : l’autonomie fonctionnelle, morale et sociale de F. Gzil. Au-delà de la longévité, l’espérance de vie sans incapacité propose une approche médico-psycho-sociale incluant ainsi l’importance de l’épanouissement de la personne. Qui veut vivre jusqu’à 150 ans malade et en perte d’autonomie ?

C’est dans ce contexte d’actualités politiques que nous vous présenterons dans cette newsletter à la fois des projets de prévention que nous avons portés auprès des collectivités de la Nouvelle-Aquitaine (Ma Maison A’Venir, Les mémoires du village…) et un projet de recherche ambitieux de prévention primaire : le Lifestyle Redesign

 

LifeStyle Redesign : tout un programme !

Après l’effort de mise en place de dispositifs de prévention secondaire et tertiaire comme l’éducation thérapeutique du patient, la volonté de développer la prévention primaire afin d’anticiper au plus tôt les impacts délétères du vieillissement est confirmée ! Or, considérant son retard en la matière, à partir de quelles bases la France peut-elle développer un programme coordonné de grande ampleur en gérontologie ?

Dans son récent rapport, Dominique Libault propose de s’appuyer sur les standards internationaux et les recommandations du programme ICOPE (WHO, 2017) développé par l’OMS. Ce dernier pointe l’importance de développer des actions évaluables et évaluées, permettant aux personnes mais aussi à la communauté toute entière d’être actrices de la démarche, et insiste sur l’intérêt de développer des interventions pluridisciplinaires avec une coordination cohérente. Reste à inventer un programme déclinant ce cahier des charges particulièrement ambitieux…

C’est encore de la scène internationale que les sources d’inspiration et les solutions potentielles nous parviennent. Un coup d’œil à nos voisins européens et outre-Atlantique suffit à nous confirmer leur avance en la matière, à travers notamment, le déploiement de programmes inspirés du Lifestyle Redesign®.

Le Lifestyle Redesign®, surnommé « LSR » en France (pour faciliter son appropriation dans le langage courant…), a été développé par l’ergothérapeute américaine Florence Clark il y a une vingtaine d’années dans le cadre de deux études de grande ampleur sur le « Bien Vieillir »1. Le LSR s’affirme comme une méthode de conduite du changement visant à favoriser les comportements favorables à la santé et au maintien de l’autonomie. Évalué aux différentes étapes de sa conception, le programme a fait la preuve de son efficience et de son efficacité (Jackson, 1998 ; Hay et al., 2002; Clark et al., 2011). Cette démarche a depuis essaimé avec succès en Europe, notamment avec l’appui et le soutien du réseau ENOTHE (European Network of Occupational Therapy in Higher Education, 2008). Son adaptabilité et sa pertinence aux regards des enjeux internationaux en matière de prévention en gérontologie ont fortement contribué à faciliter ce déploiement.

Un programme original et adaptable

Le LSR s’appuie sur une compréhension des habitudes de vie des personnes âgées. Dans une visée d’accompagnement global au changement, ce programme de six mois, réparti en 12 modules, encourage les personnes à analyser leur mode de vie, à identifier les activités qui leur sont importantes et à en optimiser les modalités afin d’en faire le socle d’une démarche préventive qui leur soit propre. À l’issue du programme, les personnes bénéficiaires doivent être en capacité d’avoir un regard critique sur leurs habitudes de vie ainsi que de développer des stratégies et de les adapter en vue d’un mieux-être. Elles s’affirment ainsi comme des actrices à part entière du maintien de leur autonomie dans la durée.

Le LSR comporte un caractère pluridisciplinaire rendu indispensable par son approche globale et la pluralité des thématiques abordées. Il s’appuie sur un temps de convivialité qui participe à la constitution d’une dynamique de groupe et de pair-aidance qui amène les bénéficiaires à se retrouver en dehors des temps d’ateliers et qui perdure au-delà des 6 mois du programme.

Tout ceci est néanmoins, à peu de choses près, commun aux différentes initiatives déployées dans le champ de la prévention. L’originalité du LSR au regard d’autres dispositifs réside surtout dans l’articulation entre les suivis individuels à domicile et les temps collectifs. Les 12 modules thématiques sont en effet déclinés au cours d’ateliers de groupe hebdomadaires assortis de mises en situation. Or, ces rencontres sont complétées de séances individuelles (5 à 10 par personne), réalisées à la demande, au domicile des bénéficiaires, dans le but de répondre à des questionnements, enjeux et problématiques spécifiques relevant de la prévention dans leur contexte de vie (domicile, quartier…). À ce titre, le LSR s’affirme comme un programme complet, intégré dans la vie quotidienne de la personne, et faisant du lien avec la communauté dans son ensemble. Comment dès lors ne pas saisir cette chance d’expérimenter ce dispositif qui semble répondre au mieux aux standards de l’ICOPE et aux besoins de terrain ?

Historique de l’engagement de ReSanté-Vous dans le champ de la prévention primaire inspirée du LSR

C’est dans le cadre d’un premier projet financé par la Conférence des Financeurs de Gironde que l’équipe pluridisciplinaire ReSanté-Vous de Gironde s’est saisie et a développé sa vision du LSR auprès de personnes âgées autonomes vivant à domicile sur 4 territoires de proximité. Nommé « équilibre de vie », cet ensemble d’ateliers menés avec brio par la psychomotricienne Virginie Lemoël s’appuie sur les recommandations et les thématiques du LSR tout en proposant une déclinaison originale sur une durée adaptée au contexte et aux impératifs de cette première expérimentation française.

Parallèlement, une étude proposant d’interroger le cahier des charges et les thématiques du LSR afin d’optimiser son adaptation au contexte français est proposée à la Région Nouvelle Aquitaine. Se saisissant de l’opportunité de mettre l’accent sur cette question de la prévention des Aînés, la Région soutient l’initiative conçue en partenariat entre RSV, l’Institut de Formation en ergothérapie (IFE) de Bordeaux et l’Association Nationale Française des Ergothérapeutes (ANFE). Cette recherche exploratoire s’appuie sur la formation des étudiants de 2ème année de l’IFE de Bordeaux au programme de prévention. Ces derniers sont amenés à réaliser, dans toute la Région Nouvelle-Aquitaine, auprès de personnes âgées autonomes vivant à domicile, 27 entretiens qualitatifs axés sur leurs centres d’intérêt. Coordonnée par Fanny Soum-Pouyalet, Docteur en Anthropologie sociale et ergothérapeute, la démarche associe à ce travail de terrain la réalisation de deux focus groups, avec des ergothérapeutes spécialisés en gérontologie de la région, afin d’analyser la pertinence et les conditions du déploiement potentiel de dispositifs inspirés du LSR.

Tandis que le programme d’ateliers expérimental démontre son intérêt et son efficacité en termes de conduite du changement des habitudes de vie ; les premiers résultats de l’étude exploratoire ne confirment pas seulement l’intérêt de développer ce type de programme dans le contexte français mais en affirme l’importance voire la nécessité !

Déploiement d’un programme innovant inspiré du LSR dans l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine et… au-delà ?

S’appuyant sur ces premiers résultats encourageants, l’antenne RSV 16 propose et obtient de la CDF de Charente le financement d’un programme inspiré du LSR en mars 2019. Parallèlement, d’autres expérimentations se déploient en France, comme à Lille avec l’ergothérapeute Amélie Saragoni, dans le cadre de l’activité du SAMSAH (Service d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes en Situation de Handicap) et de l’ESPRAD (Equipe Spécialisée de Prévention et Réadaptation à Domicile) qu’elle chapeaute.

Quant à l’antenne RSV 33, elle développe un partenariat avec la ville de Bordeaux, les Maisons de Quartier, Orange et Groupama en vue de proposer en co-financement avec la CDF Gironde 8 programmes de prévention de 6 mois. Dans un même temps, et dans la continuité du partenariat tissé avec l’IFE de Bordeaux et l’ANFE, de nouveaux travaux concernant l’évaluation du programme sont en outre proposés à la Région.

Grâce aux recueils de données des étudiants et à leur lecture critique et distancié des modules proposés par le programme américain, le contenu de la nouvelle mouture est reformulé et adapté au contexte français de nouvelle-Aquitaine. Axée sur les grandes lignes du cahier des charges du LSR américain, ce nouveau programme neo-Aquitain s’affirme comme un outil d’animation associant les différents acteurs de proximité pour le développement d’une culture de prévention territoriale. Conçus sur la base d’espaces de convivialité et d’échanges, les ateliers s’adressent ainsi prioritairement aux personnes âgées les plus isolées, éloignées de tout dispositif. L’enjeu est complexe, le recrutement, point-clé de la prévention primaire, s’annonce difficile. Néanmoins, l’expérimentation « équilibre de vie » et les travaux menés en parallèle ont permis à l’équipe d’identifier les écueils à éviter et les stratégies à privilégier.

Souhaitons donc bon vent au programme LSR à la française afin qu’il déploie grandes ses voiles et offrent à nos Aînés les outils et opportunités d’un vieillissement en harmonie !

Bibliographie
Clark, F, Jackson, J, Carlson, (et al.) (2011). Effectiveness of a lifestyle intervention in promoting the well-being of independently living older people : Results of The Well Elderly 2 Randomized Controlled Trial. Journal of Epidemiology and Community Health, 66, 782-790.
ENOTHE (2008) Developing a health promoting occupational therapy program for community living older people: Experiences from a European project group. Amsterdam: Enothe. 51 p.
Hay J, La Bree L, Luo R, Clark F, (et al.) (2002) Cost Effectiveness of Preventive Occupational Therapy for Independent-living older Adults, Journal of American Geriatric Society, 50:1381-1388.
Jackson J., Carlson M., Mandel D., Zemke R., Clark F. (1998). Occupation in Lifestyle Redesign : the well elderly
study Occupational Therapy program, American Journal of Occupational Therapy, vol. 52, n°5, p.326-336.
World Health Organisation (2017). Integrated Care for Older People – Guidelines on community-level interventions to manage declines in intrinsic capacity, WHO.1 – Well Elderly Study I (Jackson, 1998) et Well Elderly Study II (Clark, 2011)

Focus Colloque #2

Zoom sur la
journée innovation

Sur ce second focus, nous vous proposons de faire la mise au point sur la seconde journée du colloque (le vendredi 17 mai). Lors de votre inscription, vous aurez le choix de participer soit à une journée sur la recherche de terrain, soit à une journée sur la co-construction d’une innovation.

Le terme « Innovation » peut faire peur à bien des égards. Nous voulions donc dédiaboliser ce terme et insister sur le fait que tout le monde peut participer à cette journée.

Déroulement de la journée

Le matin, les participants seront répartis en petits groupes de travail. Chacun de ses groupes se verra attribuer un « coach » qui pilotera l’atelier pour pouvoir tenir les délais. Chaque atelier aura une thématique de réflexion bien précise, ce qui permettra de donner une orientation pour la création de l’innovation.

Les « coachs » sont des professionnels qui ont l’habitude de mener ce type d’atelier. Nous remercions au passage les entreprises partenaires de cette journée : Calyxis, Autonom’Lab, Domalys, Aïna, Ellyx, Inflexsys. Ils vous aideront tout au long de la journée qui sera organisée de cette manière :

  • 9h00 : Présentation de la journée & Team building
  • 11h00 : Définition des contours de l’innovation sociale ou technologique
  • 13h30 : Réalisation simplifiée de l’innovation et/ou du design de service
  • 16h15 : Présentation des preuves de concept (Poc)

Dessine-moi une innovation

À la manière d’un hackathon, le but est de créer une innovation qui ne sera pas forcément technologique, elle pourra tout-à-fait être technique et même sociale ! L’essentiel étant d’apporter son expérience du terrain pour faire en sorte que l’innovation soit avant tout utile.

Du côté des
partenaires et exposants

Voici quelques exposants et partenaires qui seront présents lors de ces 2 jours de colloques les 16 et 17 mai prochain :

 

 


Découvrez ici quelques uns des évènements marquants du mois de mars…

 

En mars, ce sont 3 nouveaux articles qui font la part belle à Ma Maison A’Venir qui n’en finit pas de séduire. Au menu de ce mois, vous trouverez également 2 articles en ligne (respectivement la radio en ligne eSR et Aqui!). Dans celui d’eSR, on peut notamment retrouver l’interview de Guy LE CHARPENTIER à l’occasion de Longevity.

Dossier spécial Ma Maison A’Venir

Dans le numéro du 8 mars de La Charente Libre, on a pu lire un dossier spécial personnes âgées dans lequel une pleine page était accordée à notre projet.

Bien Vieillir à l’Isle-Jourdain

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas Emmanuel EMERY, c’est le chargé de prévention qui pilote le camion (et le projet) Ma Maison A’Venir. La Nouvelle République lui accorde une belle photo dans son numéro du 15 mars. Il était accompagné ce jour-là de Clara BADEAU, ergothérapeute à ReSanté-Vous.

Mauprévoir reçoit Ma Maison A’Venir

Et un troisième article accordé à Ma Maison A’Venir ! Cette fois-ci à Mauprévoir (toujours dans la Vienne). Pour connaître les prochaines destinations de Ma Maison A’Venir, nous vous invitons à aller sur le site www.mamaisonavenir.fr

Interview radio à Longevity

Lors du 4ème congrès de Longevity à Bordeaux, Guy LE CHARPENTIER (co-directeur), qui tenait un stand avec Nicolas ROUMAGNE (co-directeur) et Fanny SOUM-POUYALET (docteure en anthropologie et ergothérapeute), a été interviewé par « e Santé Radio ».

Retour sur les matinales de la Fondation Korian

Aqui!, journal couvrant l’ensemble de la nouvelle Région a rédigé un bel article sur l’évènement de la Fondation Korian qui s’est déroulé le 20 mars au palais des Congrès du Futuroscope. On y retrouve ReSanté-Vous (représentée par Nicolas ROUMAGNE, co-directeur et Valentin BARBADE, référent sport-santé) qui a participé à une des tables rondes.

Plein feu sur le colloque

Dans le Poitiers Mag du mois d’avril fraîchement sorti, c’est une pleine page qui est accordée à Nicolas ROUMAGNE. Dans un interview qui retrace le parcours de 12 années d’aventure, l’accent est notamment mis sur notre prochain colloque. #colloqueRESANTEVOUS

 

Ce mois-ci, nous vous présentons 3 projets initiés par ReSanté-Vous : l’atelier « les mémoires du village », l’atelier « fait main » et l’outil pédagogique « Ma maison A’Venir »…

Le cerveau ne vieillit pas !

L’atelier « les mémoires du village » a vu le jour suite à la rencontre entre l’UNA17 et ReSanté-Vous. Il s’agissait de proposer des ateliers de prévention de la perte de l’autonomie à destination de séniors vivant à domicile. En confiant à ReSanté-Vous la conception et l’animation des ateliers, l’UNA17 souhaitait sortir des traditionnels « atelier mémoire ».

En effet, la mémoire permet d’enregistrer des informations venant d’expériences et d’événements divers, de les conserver et de les restituer. C’est ainsi, un phénomène complexe qui mobilise plusieurs types de mémoire (sensorielle, émotionnelle, court terme, procédurale, sémantique…). La sollicitation de celle-ci peut prendre, par conséquent, des formes très différentes.

Porteur de projets innovants, ReSanté-Vous a élaboré un atelier qui se voulait utile et porteur de sens. « Les mémoires du village » consiste donc sur 8 séances hebdomadaires de 3h en la création d’un livre dont le thème est choisi par le groupe lors de la première séance. Grace à un professionnel spécialisé en prévention de la perte d’autonomie, chaque participant est invité selon ses capacités à se remémorer des souvenirs, anecdotes ou événements en lien avec la thématique choisie. L’illustration de ces mémoires a été agrémentée par des objets ou photos ramenés par les participants. Une fois le livre édité et dans un souci de transmission du savoir, le groupe était convié à présenter leur ouvrage à une classe de l’école primaire du village.

Cet atelier a été un véritable succès. La convivialité, les échanges sur leur vie, la réalisation d’un livre, la valorisation intergénérationnelle ont été autant de sollicitations mnésiques porteuses de sens et de rôle social. En effet, la mémoire sémantique (mémoire des connaissances) et épisodique (mémoire des moments de vie) des participants n’ont pas été ménagé par les enfants dont les questions ont fusé à la fois dans la réalisation du projet que dans l’histoire du village.

Les ateliers « mémoire du village » seront renouvelés en partenariat avec l’UNA 17 et la Conférence des financeurs de Charente Maritime. Ils s’exporteront même en Gironde dès 2019.
Participante de l’atelier « les mémoires du village » de Cercoux (17) : « J’attendais avec impatience le moment pour venir à cet atelier car je trouve du bien-être à transmettre mes souvenirs du temps passé. Revoir chaque semaine, l’animatrice et les amies, ce n’est que du bonheur ! »

Favoriser le lien social par l’activité, c’est l’objectif du programme de prévention : « FAIT MAIN »

Lors de leur 1ère rencontre début octobre 2018, les participants à l’atelier « fait main » étaient curieux de savoir en quoi consistait cette nouvelle aventure, proposée par l’UNA et le CCAS de Saintes, animée par Elodie Charriat, ergothérapeute à ReSanté-Vous.

Au cours des 9 séances suivantes, chaque membre de ce groupe s’est investi dans la création d’un projet commun qu’elles ont-elles-mêmes défini et précisé au fils du temps, l’atelier hebdomadaire devenant rapidement un rendez-vous à ne pas rater !

C’est au son des aiguilles à tricoter et au milieu des pelotes de laine, souvenirs d’enfance pour certaines, habitudes de vie pour d’autres ou encore première expérience pour l’une d’entre elles, que le décor s’est dessiné de lui-même : un tapis d’éveil aux multiples coloris sera confectionné à destination des enfants accueillis régulièrement avec leurs parents dans les locaux du centre social Bellerive, où se déroulent ces ateliers.

Tout en s’impliquant sur l’avancement du projet chacune à son rythme, selon ses capacités et son état du moment, les participantes ont apprécié la convivialité du groupe, la liberté de parole, les échanges sur leur quotidien. Des liens se sont créés, d’autres se sont renforcés autour de ce travail collaboratif qui aura permis la satisfaction d’une contribution individuelle à une œuvre collective.

Le projet s’est concrétisé fin janvier 2019, autour d’un verre de l’amitié pendant lequel le tapis d’éveil a été remis aux enfants et parents ayant répondu à l’invitation, pour le plus grand plaisir de leurs aînées !

Prévention

Notre outil pédagogique « Ma Maison A’Venir » a déjà parcouru plus de 6 500kms sur les routes de l’ex région Poitou-Charentes et a bénéficié à plus de 2 800 visiteurs âgés et aidants. Depuis septembre 2018, notre équipe de prévention propose des conseils aux personnes âgées du territoire. Il s’agit de se fondre dans le paysage au sein des collectivités (place de mairie, marché, forum…) pour déployer un appartement adapté et dispenser des conseils sur l’utilisation d’aides techniques et technologiques soutenant l’autonomie des aînés chez eux.

Nous vous proposons quelques chiffres pour réaliser un premier bilan après 6 mois.

Le véhicule s’est installé dans 41 villes et/ou villages, de Jonzac (17) à Ingrandes (86) en passant par Montbron (16). La majorité des villes parcourue relève du milieu rural mais nous avons aussi eu l’occasion de rencontrer les Rochelais ou les Poitevins.

25% des personnes ayant visitées Ma Maison A’Venir déclare envisager des modifications de leur comportement au quotidien ou un achat de matériel adapté.
De manière plus qualitative, nous observons à travers nos questionnaires que « ce que les personnes ont le plus apprécié » sont « la découverte d’objets usuels qui facilite le quotidien », « les conseils pratiques des professionnels », « les démonstrations en situation, dans la salle de bain ou la chambre », ou les mêmes « les explications pour les objets connectés ».

Grâce à ces premiers éléments, nous envisagerons une évaluation plus précise des changements de comportement recherchés. D’ores et déjà, nous remarquons que les conseils proposés ont un impact grâce à la mise en situation. « Utiliser un enfile bas assis sur lit, dans une chambre » ou « tester un oreiller sonore, installé dans un salon » permettent à la personne de se projeter dans son quotidien.

 

Ce mois-ci, 2 appels à projets sont toujours en cours…

Développer des actions collectives de prévention de la perte d’autonomie en Charente

Date limite de réception de dossiers de candidature : 30/04/2019 (session n°2)

La prévention de la perte d’autonomie et le soutien à domicile des personnes âgées constituent des priorités de la loi d’Adaptation de la société au vieillissement (ASV), dans un contexte de vieillissement démographique.

La loi ASV, publiée le 28 décembre 2015, prévoit l’installation dans chaque département d’une « Conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie des personnes âgées » (CFPPA). En Charente, l’installation a eu lieu le 22 septembre 2016. Ce dispositif favorise la participation la plus large possible des différents partenaires et acteurs du territoire, publics et privés, concourant au développement de missions ou d’actions qui entrent dans ce cadre.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

EHPAD – Pôle ressources de proximité 2019

Date limite de réception de dossiers de candidature : 10/06/2019

L’expérimentation des « EHPAD – Pôle ressources de proximité » s’exprime par le développement d’actions relevant de différents domaines :

  • Favoriser une politique de prévention du risque de perte d’autonomie physique, cognitive ou sociale à domicile
  • Inscrire les EHPAD dans leur environnement par la mobilisation d’acteurs extérieurs sur un projet commun
  • Diversifier les modes de prises en charge et les prestations intra et extra muros
  • Apporter des réponses aux besoins de soins dans le cadre du parcours de la personne âgée
  • S’inscrire dans une démarche d’amélioration continue de la qualité et du prendre soin

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

 

 

 

Comme tous les mois, retrouvez les futures interventions de Ma Maison A’Venir.

Voici les prochaines dates programmées :

  • Poitiers : 16/04/19
  • Vouneuil Sur Vienne : 17/04/19
  • La Roche-Posay : 19/04/19
  • Chasseneuil-du-Poitou : 24/04/19
  • Latillé : 25/04/19
  • Jaunay-Marigny : 26/04/19
  • Et bien d’autres à retrouver sur www.mamaisonavenir.fr
Édito ReSanté-News Septembre 2019

  Seul on va plus vite mais ensemble ...

La rentrée de ReSanté-vous

  En cette période de rentrée scolaire, l’heure ...