Colloque ReSanté-Vous 2022 ›
Se penser soi-même pour panser les autres (et inversement…)
  • Marie DUSAUTOIS Facilitatrice, conteuse, metteuse en scène, comédienne
Posté le 20 juillet 2022 dans Colloques

« Il y a des fuites qui sauvent la vie : devant un serpent, un tigre, un meurtrier. Il en est qui la coûtent : la fuite devant soi-même. Et la fuite de ce siècle devant lui-même est celle de chacun de nous. » Christiane SINGER

Peut on panser les autres avec justesse en faisant l’économie de se penser soi-même ?
Et si cette crise était un révélateur de nos crises individuelles au cœur de nos élans collectifs ?
Marie DUSAUTOIS nous propose d’interroger la relation à soi, premier lien nécessaire à une posture juste dans la relation à l’autre.

« L’importance du Je-Nous »

En introduction, Marie DUSAUTOIS propose une analogie à l’articulation du genou. « C’est flexible, ça crée du mouvement, on peut courir, marcher, aller vers les autres… » La blessure qui survient tout-à-coup à ce « Je-Nous » : c’est la crise sanitaire qui révèle alors des dysfonctionnements qui étaient, selon Marie DUSAUTOIS, certainement déjà présents.

À travers cette articulation du « Je » et du « Nous », elle pose l’importance de la cohérence entre ce que l’on applique aux autres, et ce que l’on s’applique à soi-même (et inversement). Elle illustre notamment ce tour d’horizon du corps et du cœur, par une introspection qui peut être nécessaire afin de mieux comprendre comment nous nous articulons, pour éviter l’accident…

Tout peut effectivement commencer avec notre propre éducation, durant laquelle nous avons appris à faire respecter la loi de la raison, la loi de la tête, et contenir, voire totalement taire, ce que que nous dit notre corps afin de savoir raison garder. De cette manière, Marie DUSAUTOIS montre ainsi l’importance de l’écoute de notre propre corps, de notre propre « Je » qui, en fait, « est constitué d’une multitude de « Nous » ».

Savoir travailler en relations

Entre la philosophie Montessori (rencontre de l’autre et de ses capacités, lui apprendre à faire seul), la sociocratie, l’organisation opale ou encore l’horizontalité (ou comment « co-construire », « co-décider », « co-gérer »…), différentes formes organisationnelles se sont présentées comme étant les solutions pour le « monde d’après ». Un monde d’après la crise sanitaire, dans lequel tout un chacun pourrait se révéler. Et c’est là que Marie DUSSAUTOIS évoque la problématique de connaître son « Je ».

Elle cite Djalâl ad-Dîn RÛMI, poète persan du XIIe siècle : « Hier, j’étais intelligent et je voulais changer le monde. Aujourd’hui, je suis sage et je me change moi-même. » À travers ces mots, elle met en avant la faculté que la plupart des soignants et enseignants ont à soigner la relation à l’autre, sans presque jamais prendre soin de la relation à eux-même. La capacité à soutenir les autres, sans même savoir ce qui les soutient eux de l’intérieur…

En conclusion, Marie DUSAUTOIS présente ce changement de paradigme qui, en formation, pourrait être mis dans la case « développement personnel », comme une véritable « démarche, bien qu’intime, politique et citoyenne d’intérêt général. »

Lire les autres articles de juillet 2022
Oser semer dans l’aridité
Retour sur le colloque 2022
La résilience des âgés : faire lien
Se penser soi-même pour panser les autres
Capaidants : un nouveau cap vers la prévention
Une semaine sportive et sans complexe !
Mathilde, nouvelle psychomotricienne en Deux‑Sèvres
L’actu ReSanté-Vous d’avril à juin 2022
Revue de presse Avril à Juin 2022
previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Shadow
Slider