Dossier ›
Étude des effets d’un exergame et de l’Activité Physique Adaptée (APA) en EHPAD
  • Elliot RAUD Professionnel en Activités Physiques Adaptées
Posté le 10 novembre 2020 dans Dossiers

Lutter contre la sédentarité et motiver à l’activité physique sont deux objectifs visés par les équipes accompagnant les personnes âgées. Quel sens a l’activité physique quand on vit en EHPAD ? Sur un plan moteur et cognitif, les capacités d’équilibre, de force, de souplesse comme les fonctions exécutives sont impactées négativement avec l’âge.

Nous savons que l’entrainement aérobie améliore les capacités physiques et motrices mais aussi cognitives des personnes âgées1. La littérature prouve également que les exergames (néologisme entre « exercise » et « games ») obtiennent des résultats similaires2 sur les versants moteurs et cognitifs.

Dans un contexte actuel où l’entrée en EHPAD n’est souvent pas désirée, il est important de proposer une activité qui a du sens tout en étant bénéfique pour la santé. Certaines études ont montré que la mise en place d’un support visuel durant la pratique favorisait l’adhésion et la motivation des participants avec des temps de pratique qui augmentaient volontairement3.

Quel serait l’impact de l’association d’un programme réalisé sur exergame versus un programme d’activités physiques mené par un professionnel ? L’intérêt du programme de réadaptation combiné serait-il bonifié ?

Objectifs et hypothèse de recherche

Comparer les effets d’un programme de réadaptation combiné (Système Silverfit + APA) par rapport à un accompagnement classique en APA. L’association d’un programme numérique et humain serait plus bénéfique sur les plans moteur, cognitif et motivationnel pour la personne âgée.

Méthode et résultats

25 sujets institutionnalisés (86,6 ans ±7,6 ans, MMSE* > 14) ont été répartis dans 3 groupes différents : un groupe d’accompagnement combiné, un groupe d’accompagnement par l’APA et un groupe contrôle. Les deux premiers groupes avaient le même temps d’accompagnement par semaine à savoir 50 minutes. Les mesures cognitivo-motrices sont réalisées avant et après dix semaines d’entrainement. La motivation à maintenir le comportement dans le temps est évaluée en post-test.

Les résultats révèlent que le système numérique apporte des bénéfices supplémentaires sur la capacité de planification (test de la tour de Londres), fonction essentielle dans le quotidien (Fig. 1). En revanche, la capacité d’inhibition (test de Stroop) est améliorée de façon identique dans les deux méthodes d’accompagnement tandis que les capacités physiques (test du Tinetti et senior fitness test) ne présentent pas d’amélioration. Le programme combiné montre un effet positif de la motivation des participants (Questionnaire HAPA**).

Conclusion

Ces résultats prouvent qu’il est intéressant de proposer un accompagnement grâce aux nouvelles technologies en complément d’un accompagnement classique par l’activité physique adaptée pour favoriser l’amélioration de l’autonomie des résidents et donc améliorer leur qualité de vie quotidienne. En effet, l’amélioration des fonctions exécutives et plus principalement de la capacité de planification laisse présager que cette méthode présente des bénéfices supplémentaires au quotidien pour des personnes en perte d’autonomie. L’aspect ludique du support numérique favorise la motivation à court terme. Les interactions sociales apportées par l’activité collective semblent favoriser le maintien de l’autonomie des participants.

Cette distinction est efficace pour proposer un accompagnement individualisé sur l’outil numérique tout en conservant les interactions sociales que permet l’APA de façon hebdomadaire. Notre place en tant qu’expert accompagnant est de ce fait déterminante et nécessaire pour favoriser la motivation sur le long terme mais également pour proposer un accompagnement ciblé par les besoins spécifiques des participants. Il semblerait que la technologie n’est pas prête à remplacer l’approche humaine.

Références

1 Colcombe, S. J., K. I. Erickson, P. E. Scalf, J. S. Kim, R. Prakash, A. F. Kramer, et al. « Aerobic Exercise Training Increases Brain Volume in Aging Humans ». The Journals of Gerontology Series A: Biological Sciences and Medical Sciences 61, no 11 (1 novembre 2006) : 116670.

2 Maillot, Pauline, Alexandra Perrot, et Alan Hartley. « Effects of Interactive Physical-Activity Video-Game Training on Physical and Cognitive Function in Older Adults. » Psychology and Aging 27, no 3 (2012) : 589600.

3 Rhodes, Ryan E., Darren E.R. Warburton, et Shannon S.D. Bredin. « Predicting the Effect of Interactive Video Bikes on Exercise Adherence: An Efficacy Trial ». Psychology, Health & Medicine 14, no 6 (décembre 2009) : 63140.

Notes

* MMSE : Mini-Mental State Examination ou test de Folstein est un test d’évaluation des fonctions cognitives et de la capacité mnésique d’une personne. Le mini mental test est employé à visée d’orientation diagnostique devant une suspicion de démence. Il est notamment employé dans le cadre d’un dépistage de la démence de type Alzheimer. Une échelle supérieure à 14 équivaut à une déficience cognitive moyenne.

** Questionnaire HAPA : questionnaire de motivation créé par Schwarzer qui évalue le degré de motivation pour poursuivre une pratique testée et évaluée